Je suis guéri Al Hamdoulilah

Salam Aleykoum

Tout d’abord, ça fait très longtemps que je ne suis pas revenu sur le Forum, il a beaucoup changé machallah, je suis un peu perdue car j’y avais mes habitudes il n’y a pas si longtemps que ça.

Je tiens à vous raconter mon histoire aujourd’hui avec beaucoup de recul et surtout avec beaucoup d’espoir, d’où mon nouveau pseudo. En essayant d’apporter un maximum d’espoir aux malades et à leurs proches, atteints par le mal occultes ou autre.

Ce qui m’a amené sur ce site il y a de ça plus de 2 ans, c’est ma vie en général, ou plutot mes échecs, mes nombreux échecs. Du jour au lendemain, ma vie n’est devenu que déception, échecs et malchance alors qu’auparavant tout me réussissaient hamdoulah. tout mes projets tombaient à l’eau, et notamment le mariage. Dès que je rencontrais un frère avec qui je projetais de me marier, du jour au lendemain, tout s’effondrer sans prévenir! Soit c’est le jeune homme qui disparaissait, soit il sentait une certaine gêne à mon contact, des doutes… Tout celà alors que tout se passait parfaitement bien. Après plusieurs échecs de ce type et surtout les mêmes mots qui revenaient. Je ne les oublierais jamais tellement de fois je les ai entendu.

JE SAIS PAS CE QU’IL Y A, JE N’AI RIEN A REDIRE SUR TOI, MAIS IL Y A QUELQUE CHOSE QUI ME BLOQUE!

La première fois qu’on entend ça on se dit que c pas le mektoub, que ça se passera mieux avec un autre. Mais au bout de plusieurs échecs consécutifs on commence à se poser des questions. En plus de tous les autres échecs de ma vie, le boulot, les amies qui s’éloignent et surtout moi-même.
Je me sentais de plus en plus inutile, sans but, dans la peur constante. je voulais juste m’isoler et être seule. les relations avec les autres devenait de plus en plus difficile, je ne supportais plus ma mère staghfillullah. Pour au final tomber en dépression.

Comme je ne comprenais rien à ce qui m’arrivait et surtout que je ne me reconnaissais plus, j’ai cherché des réponses à mes questions: Qu’est ce qui a bien pu changer en moi pour que ma vie bascule d’un extrême à l’autre à ce point? Je suis donc tomber sur ce forum, je commence à fouiller, à lire à m’informer. Je n’y croyais pas bien sûr en me disant que tout au plus, j’avais un peu de 3in mais c tout! En découvrant la liste de symptomes de maux occultes, je me rends compte que je présente une grande majorité des symptomes des 3 maux, 3in, sihr et mass. c’est le choc pour moi, je lis des témoignages et j’ai l’impression qu’on raconte ma propre vie, mais je n’y crois toujours pas. Je continue tout de même à lire, puis je me dis que je ne risque rien à écouter des roqya après tout ce n’est que du Coran, comme j’en écoute souvent.
Au début, rien aucune réaction, ce qui me rassure, mais sous les conseils des modératrices, je continue quand même à les écouter de plus en plus souvent. je commence à réagir, mal au ventre l’envie de vomir, des pleurs irrépressibles, une chaleur dans tous le corps, des vibrations, très forte envie de dormir… Plus ça va, plus les écoutes sont durs à supporter, j’ai l’impression qu’on m’arrache le coeur, je me sens épuisée. la roqya contre le sihr me fait beaucoup réagir, je dois me rendre à l’évidence, je suis atteinte par un sihr Allaho aalam.
Je décide de compléter mon traitement pour en finir, en plus des écoutes, je prends l’huile d’olive, l’eau coranisée, le sidr et surtout le sana makki pour le sihr mangé. en effet, j’ai perdu énormément de poids, plus de 15kg en un an, je n’arrivais plus à me nourrir, les traitement médicamenteux n’y pouvais rien et les médecins me prenaient pour une anorexique alors que je faisais tout pour m’alimenter normalement. je sentais comme une boule au fond de ma gorge qui m’empêchait d’avaler quoique ce soit.

Je me rappellerai toujours la première fois où j’ai pris l’huile d’olive coranisé, je me sens balonnée pendant plusieurs heures pour au final vomir une drole de substance noire mais hamdoulah je me suis senti plus légère et comme soulagé d’un poids. Ça m’encourage à continuer et intensifier le traitement. Je prends donc le sana, je consacre le plus clair de mon temps au traitement et surtout au rapprochement de mon Créateur car je ne trouvais de secours en personne d’autre. c’est ce qui m’a fait tenir car j’avais l’impression que tout autour de moi s’écroulait.
Les réactions aux sana sont terribles dès la première prise, coliques très violente, je suis pliée en 2 par la douleur, des diarrhées extrêmement violentes, mais hamdoulah je vois le sihr qui sort, une horreur comment vous décrire, des feuilles, des ongles coupés, des graines, une sorte de mousse indescriptible…
Le traitement a été une réelle épreuve, je dormais très peu, j’avais des douleurs dans tout le corps et de plus en plus forte, des vomissements très difficile, la roqya me faisait énormément pleurer, c’était très éprouvant. plusieurs mois passent et mon cas empire! Je fais des cauchemars toute les nuits, j’ai des waswas incessants, je deviens presque parano, je ne fais confiance en personne! Mon mental me lache, je pense même que la mort serait une meilleur issue que de continuer sur cette terre staghfilullah.
Je plonge dans une profonde dépression, mais je ‘maccroche à Allah taala, je suis les conseils d’abou Moussaab, des modé. Je tiens le coup malgré tout. Puis peu à peu, je sens une amélioration, je prends du poids, les douleurs se font de moins en moins présentes. Ensuite, je dors mieux, j’ai moins de cauchemars, je retrouve au fur et à mesure le plaisir du contact humain. parfois je replonge et le moral ne suit pas mais dans l’ensemble, je me retrouve , je suis mieux hamdoulah.

Puis environ un an après le début de mon traitement, je rencontre un frère qui s’intéresse à moi en vue d’un mariage. Je panique à l’idée d’un nouvel échec. Les waswas reviennent en me soufflant que cet homme n’est pas bien, que je serai malheureuse avec lui, que ça finira en divorce. Hamdoulah j’arrive à combattre tout ces waswas et je mets toutes ma confiance en Allah en croyant fermement que si c’est vraiment l’homme qu’Allah m’a destiné, rien ni personne ne pourra nous empêcher de nous marier. Nous décidons donc d’entamer le processus de mariage, bien sur la peur et les doutes ne me quitte pas, j’essaye juste de ne pas les écouter. En parrallèle je continue le traitement mais avec moins d’intensité je dois l’avouer voyant que mon état s’est considérablement amélioré.

Aujourd’hui, ça fait presque un an que je suis mariée avec ce frère hamdoulah, tout se passe bien et nous sommes très heureux. Nous avons un projet de bébé bi idhnillah. j’ai retrouvé ma joie de vivre, nos projets en commun aboutissent, j’ai repris confiance en moi et je me sens beaucoup plus forte qu’avant et persuadé que cette épreuve aussi dure soit elle a été bénéfique pour moi. Pour ma relation avec Allah taala. ça m’a appris que le vie d’ici bas est fragile et que ses bienfaits aussi. que tout peut basculer du jour au lendemain alors qu’on se crois intouchable.

Mon état d’esprit a totalement changé et j’apprécie chaque moment de ma vie. Bien sur j’ai toujours les difficultés de la vie quotidienne, mais hamdoulah je les aborde différemment en repensant à cet éxpérience, on savoure chaque instant et chaque bonheur de la vie avec beaucoup plus de plaisir et de reconnaissance envers Allah qui prends et qui donne à qui Il veut et quand Il le veut. Je sais que beaucoup d’entre vous vivez la situation que j’ai décris plus haut, voir même pire que ça. mais je tiens à dire que quelque soit la difficulté qu’Allah met sur notre chemin, Il nous donne les moyens et la force de la combattre. Je ne sais pas si je suis complètement guérie Allaho aalam. tout ce que je sais c’est que je me suis battu pour reprendre le cours de ma vie et que hamdoulah aujourd’hui j’avance.

Allah m3a sabirin, c’est une vérité et je l’ai vécu cette vérité, j’espère ne jamais l’oublier inchallah.Les larmes coulent en écrivant car je me souviens des moments difficiles que j’ai vécu que j’ai partager ici sur le forum pendant plusieurs mois. je n’oublierai jamais cette partie de ma vie, ni l’aide que j’ai obtenu hamdoulah de toute l’équipe maherr et d’Abou Moussaab lui-même qui malgré un emploi du temps très chargé a souvent pris le temps de me répondre.

Mon texte est très long et je remercie toutes les personnes qui m’ont lu, si vous êtes malade, continuer à vous battre car tôt ou tard vous vaincrez bi idhnillah. Attaquez votre mal de toute part car il est faible il faut juste que vous vous en rendiez compte.
Si vous aidez des personnes malades, qu’Allah vous récompense de votre soutien au centuple!

Allahi chafikoum, Allaho akbar, Hamdoulah et merci à vous

As salam aleykoum wa rahmatoulah wabarakatouhou

Ce témoignage a été posté sur l’ancien forum par la membre Oum Amel.

N'hésitez pas à partager !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *